Une équipe paléontologique internationale pilotée par des membres de l’UMR CNRS 7262 PALEVOPRIM de l’Université de Poitiers vient de publier dans la revue Scientific Reports le tout premier primate éocène du Vietnam. Daté d’environ 37 millions d’années, il présente une combinaison de caractères inédite permettant d’identifier une nouvelle sous-famille de primates primitifs.

 Chavasseau, O., Chaimanee, Y., Ducrocq, S., Lazzari, V., Pha, P.D., Rugbumrung, M., Surault, J., Tuan, D.M., Jaeger, J.-J., 2019. A new primate from the late Eocene of Vietnam illuminates unexpected strepsirrhine diversity and evolution in Southeast Asia. Scientific Reports. 

 

Image communiqué de presse

 Photographies et images CT-scan de la mâchoire holotype du nouveau primate, Anthradapis vietnamensis, découvert dans la localité de Na Duong (Vietnam, environ 37 Ma). Barre d’échelle = 5 mm. 

L’ordre des primates est connu depuis le début de l’Eocène (environ 56 millions d’années). Dès l’Eocène inférieur, une dichotomie majeure dans la phylogénie des primates entre les strepsirrhiniens (lémurs, loris et galagos) et les haplorhiniens (tarsiers et anthropoïdes, incluant les humains) est détectable. Les strepsirrhiniens actuels, qui sont représentés en grande partie par les lémuriens de Madagascar (15 genres et environ 100 espèces), ne reflètent qu’une fraction de la biodiversité de ce groupe. En effet, on connaît de nombreux strepsirrhiniens fossiles qui sont classés au sein du groupe des adapiformes. Ces primates, aujourd’hui éteints, ont vécu de 56 à 7 millions d’années et sont proches de l’ancêtre commun de tous les primates (Figure 1). L’analyse du registre fossile des adapiformes indique qu’ils étaient très diversifiés au cours de l’ère Cénozoïque (plus de 50 genres décrits), et plus particulièrement durant l’Éocène et l’Oligocène. Ils possédaient une large répartition géographique (Amérique du Nord, Afrique, Europe, Asie). En revanche, la qualité du registre fossile des adapiformes n’est pas homogène suivant les régions et se révèle être pauvre en Asie. 

En savoir+

 

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !