Les herbiers, ces oubliés, depuis des décennies reviennent sur le devant de la scène à travers un élan national de récolement et de valorisation scientifique. Poitiers ne fait pas exception et le Centre de valorisation des collections scientifiques de l’université de Poitiers (CVCU) met tout en œuvre pour faire ressurgir ces collections oubliées du grand public.

Les herbiers, pas seulement une connotation patrimoniale !

Dès le XVIIe siècle, les savants vont annoter des échantillons de plantes récoltées et décrire de nouvelles espèces afin de constituer de véritables catalogues scientifiques appelés « herbiers ».  Ces collections fragiles, maintenues en réserve et donc souvent inaccessibles, alors qu’elles sont sources d’histoire et de connaissances botaniques sont de réels outils de recherche,  aujourd’hui au cœur des questions scientifiques, orientées autour du changement climatique et du déclin mondial de la biodiversité.

Cette base de données constitue une véritable mine d’or informative pour suivre l’évolution aussi bien des dynamiques de populations végétales (espèces éteintes ou invasives), que des  modifications de phénologie, c’est-à-dire du cycle du vivant (floraison, perte de feuilles…) ou même des génomes tant dans leur expression que leur structuration.

Projets nationaux et internationaux

Le monde des herbiers, loin d’être réservé aux chercheurs, s’inscrit au niveau national dans un projet de science participative : le projet « Herbonautes » qui propose au grand public de participer à la collecte d’informations contenues dans les herbiers. A travers la numérisation, indispensable base de conservation des planches d’herbiers, de véritables inventaires sont en train d’être constitués, afin d’alimenter les données naturalistes (comme celles de l’INPN et du GBIF) et de mettre en place des catalogues scientifiques consultables par le monde entier. L’université de Poitiers est intégrée dans plusieurs réseaux de collections naturalistes, notamment au sein du programme de l’infrastructure eRecolnat, coordonné par le Muséum d’Histoire naturelle de Paris.

L’herbier historique Denesle refait surface…

L’université de Poitiers possède un nombre important d’herbiers, rassemblant plus de 50 000 spécimens, notamment issus de collectes et de travaux de botanistes reconnus du 19ième siècle tels que Charles Delastre qui a décrit pour la 1ère fois la flore de la Vienne en 1842. L’herbier dit Denesle, du nom de son principal contributeur, correspond au plus ancien herbier de la collection avec des planches datant de la Révolution Française. Il comprend 47 liasses dont la plupart ont été restructurées au milieu du 19ième siècle par Léon Faye (1810-1855), magistrat amateur de sciences et membre de la Société des antiquaires de l’ouest, sous l’impulsion de Lubin Mauduyt

(1782-1870) directeur du Cabinet d’Histoire naturelle de Poitiers.

Un inventaire de l’herbier et un travail de recherche historique sur Jacques Amable Nicolas Denesle (1735-1819) ont débuté durant l’été 2020 et se poursuivent actuellement. Ce botaniste, oublié des poitevins a été formé à l’école parisienne de la famille des Jussieu et a fait évoluer le jardin des plantes de Poitiers, dont il a occupé la direction de 1787 à 1818, en un véritable conservatoire de collections végétales. Loin de se cantonner à l’aspect médicinal, Denesle donne une autre dimension à ses jardins, en intégrant dans leur structuration, les nouvelles approches de la systématique et de la nomenclature linnéenne des plantes et devenant ainsi un réel précurseur scientifique et un témoin des développements naturalistes de son époque durant le siècle des Lumières.

Géraldine Garcia
Maitre de conférences à l’UFR SFA, paléontologue responsable des collections scientifiques de l’université de Poitiers et directrice du CVCU.

Lucile Lacourte
Titulaire d’une double Licence Sciences du vivant, parcours « Sciences & valorisation du végétal » et « Ecologie & biologie des organismes » (Univ. Poitiers) – Actuellement volontaire mission service civique CVCU/Faculté des Sciences

Zoé Mrani
Titulaire du Master patrimoine & musée (université de Poitiers). Vacations Gestion du patrimoine CVCU

Joane Rebel
Titulaire du Master patrimoine & musée  (université de Poitiers).

 

Légende.
A. Denesle fut l’élève des illustres Antoine (1686-1758), et Bernard (1699-1776) de Jussieu, véritable dynastie de botanistes et de chimistes qui œuvrèrent au Muséum national d’Histoire naturelle de 1709 à 1853.
B. Plan du Jardin Botanique « Etabli à l’école Centrale de la Ville de Poitiers département de la Vienne en l’an V » qui correspond à l’emplacement du collège actuel Henry IV.
C. Planche d’échantillons de Saponaria officinalis L. récoltés par Denesle.

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !