Conférencier : Paul LOUBEYRE

Je travaille au Commissariat à l’Energie Atomique (CEA).

 

Résumé de la conférence

La physique des hautes pressions est une science de l’exploration et les propriétés de la matière sous très forte densité continuent d’être surprenantes. La matière peut être comprimée de manière statique dans des presses ou de manière dynamique à l’aide de chocs. En statique, la cellule à enclumes de diamant (CED) a permis de rendre les mesures sous très hautes pressions
quasi-routinières. De nombreuses méthodes de mesure, de laboratoire ou utilisant le rayonnement synchrotron, permettent maintenant de caractériser un échantillon sous une pression du million de bars (100 GPa) presque de manière aussi détaillée qu’à pression ambiante.

Récemment, une optimisation de la forme des enclumes grâce à un usinage par faisceaux d’ions a permis de repousser la frontière des ultra-hautes pressions jusque vers le TPa ( 10 millions d’atmosphères) tout en gardant la qualité des échantillons des pressions inférieures. En dynamique, des progrès spectaculaires ont été récemment obtenus grâce à l’utilisation des lasers
de puissance.

Nous illustrerons cette possibilité de mesures détaillées sous des pressions extrêmes en nous focalisant sur trois résultats autour de l’hydrogène dense qui illustrent les retombées en physique fondamentale, en science des matériaux et en astrophysique : Observation de l’hydrogène métallique ; Les super-hydrures, une nouvelle classe de supraconducteurs à haute température
critique ; Observation de la démixtion des mélanges H/He dans les conditions des intérieurs planétaires.

 

Bibliographie

  • à venir
  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !