L'inverse d'un trou noir créé dans une piscine à vagues

Tout juste un mois après l’annonce de la réalisation d’un trou noir artificiel en laboratoire en Israël, une équipe essentiellement française des universités de Poitiers, de Paris-Sud et du CNRS vient de décrire une autre manière de faire, dans Physical ­Review Letters du 16 septembre.


L’écoulement dans un canal va de la gauche vers la droite et passe au dessus d’un obstacle allongé dont on voit le sommet (indiqué par la bande noire horizontale). Une nappe laser bleue excite la fluorescence de l’eau chargée en colorant (la fluorescéine). Des ondes courtes sont visibles à droite à la surface par le pinceau de lumière fluorescente verte et sont bloquées à gauche où la ligne laser reste plane : c’est l’horizon du trou blanc pour laquelle la vitesse du courant est égale à la vitesse des ondes qui délimite les deux régions avec et sans vague. Institut Pprime

Elle confirme également la prédiction stupéfiante de l’astrophysicien anglais Stephen Hawking : les trous noirs ne sont pas si noirs.

Lire la suite sur Le Monde (Par David Larousserie) et Physical ­Review Letters

Publié par Dominique Autain

Dernière mise à jour le 13 octobre 2016


Recherche d'une actualité


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr