Un nouveau primate fossile de Birmanie enracine les anthropoïdes en Asie

Une équipe paléontologique internationale pilotée par des membres de PALEVOPRIM (UMR CNRS 7262) de l’Université de Poitiers vient de publier dans la revue Nature Communications un nouveau primate anthropoïde découvert en Birmanie. Daté de 40 millions d’années, ce genre inédit renforce l’hypothèse d’une origine asiatique des anthropoïdes.

Les anthropoïdes sont un groupe de primates représenté par les singes du Nouveau Monde (platyrrhiniens) et les singes de l’Ancien Monde (catarrhiniens), ces derniers incluant notamment les grands singes et la lignée humaine (Figure 1). Ces primates se distinguent des formes les plus primitives (lémurs, loris et galagos) par plusieurs caractères dentaires et crâniens (fermeture post-orbitaire, museau court, vision tridimensionnelle accrue due à des orbites plus frontales, os frontaux fusionnés…).



Arbre simplifié présentant les relations de parenté au sein des primates (d’après ref.1). Les formes fossiles africaines sont en rouge, les formes asiatiques apparaissent en vert. La position retrouvée pour Aseanpithecus est plus fréquemment en 1 ou en 2, suggérant une grande proximité avec l’ancêtre commun entre les singes de l’Ancien Monde (humains inclus) et ceux du Nouveau Monde.


Depuis plusieurs décennies, les paléontologues s’efforcent de mieux comprendre les premières phases de l’évolution des anthropoïdes. Cette recherche est délicate car les anthropoïdes fossiles sont rares dans le registre fossile et ne présentent qu’une partie des caractères diagnostiques des représentants actuels du groupe. Les plus anciens anthropoïdes avérés ont été retrouvés dans l’Eocène et sont datés de 45 millions d’années2. Malgré ces découvertes, la connaissance du début de l’histoire des anthropoïdes est très lacunaire.

Les primates anthropoïdes ont longtemps été considérés comme ayant émergé sur le continent afro-arabique où ils sont enregistrés dans l’Eocène et l’Oligocène entre 39 et 32 millions d’années. Cependant, des découvertes successives en Chine et en Birmanie d’anthropoïdes basaux dans des localités datées entre 45 et 40 millions d’années ont amené à privilégier l’hypothèse d’une origine asiatique du groupe. L’équipe paléontologique Franco-Birmane pilotée par des membres du laboratoire PALEVOPRIM travaille depuis 20 ans afin de mieux comprendre l’évolution de ces premiers anthropoïdes en Asie.

Le travail de fouilles réalisé lors des missions de terrain 2015 à 2017 (Figures 2 à 4) a permis de mettre au jour un nouveau primate vieux de 40 millions d’années, Aseanpithecus myanmarensis, qui renforce et affine le scénario d’un peuplement du continent africain par les anthropoïdes asiatiques durant l’Eocène3.



Site de Paukkaung Kyitchaung 2 (PK2) dans la formation de Pondaung (Birmanie) où Aseanpithecus a été découvert.

Maxillaire holotype d’Aseanpithecus après sa découverte et son dégagement.



Travail de terrain de l’équipe paléontologique Franco-Birmane. De haut en bas : travail au site d’excavation de la localité PK2, échantillonnage et tri des blocs fossilifères, opérations de tamisage des échantillons séchés.

 

Publié par Dominique Autain

Dernière mise à jour le 19 septembre 2019


Contact

Recherche d'une actualité


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr